Contrairement aux idées reçues, la météo représente un faux problème lorsque l’on parle du solaire en Suisse.

Non seulement, la quantité d’énergie solaire reçue sur une surface donnée est suffisante pour la production de cette énergie, mais en plus, le coût global énergétique d’un panneau solaire est compensé par l’énergie qu’il produit au bout d’un an et demi.

«Dans un scénario idéal où la totalité des toitures suisses bien exposées (130 km2) seraient équipées de panneaux solaires à rendement habituel de 18 à 20%, il serait possible de produire de 25 à 30 térawattheures par an, soit la moitié de la consommation annuelle suisse», affirmait à Le Temps, Christophe Ballif, professeur à l’EPFL, directeur du secteur photovoltaïque au Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) de Neuchâtel et membre du comité scientifique pour la stratégie énergétique 2050.

Il n’y a donc plus aucun obstacle technique dans le développement du solaire en suisse qui est le pays idéal pour la développer.

(source: Le Temps)